REGARD 7

Pascal Broccolichi, capcMusée Bordeaux
Dial-O-Map 25°, Exposition présentée du 21 mai au 2 octobre 2005

Il suffit d’une seule visite au capcMusée pour mémoriser à jamais son architecture intérieure si différente de son architecture extérieure. A l’intérieur, une nef avec ses arcs très hauts placés, et à l’extérieur un bâtiment rectangulaire en parfaite adéquation avec son appellation d’Entrepôt. Par son architecture le centre d’arts plastiques contemporain de Bordeaux se distingue de la plupart des musées. Il s’en différencie encore par son éthique : en effet, les artistes que le capcMusée choisit d’exposer, bénéficient d’une grande liberté d’action et des moyens importants pour mener à bien leur projet artistique.
C’est ainsi qu’ après Buren, Sarkis, et bien d‘autres grands artistes internationaux, Pascal Broccolichi (Antibes 1967) occupe les lieux avec un dispositif éphémère dont la préparation aura demandé deux années et demies de travail. L’architecture, le son, l’air, la lumière blanche, le déplacement du spectateur contribuent à l’élaboration de cette installation dont la préhension plastique est indivisible alors que son écoute se veut multiple.
Dial-O-Map 25 écrit en italique, indique la pente donnée à l’œuvre, conçue comme un abat-jour renversé, soit un abat-son, dont les parois s’élèvent dans l’espace de la nef à 25° au-dessus du sol.
Entrant dans la nef, le visiteur, face à un « mur » de toile tendue dont il fait le tour sans pouvoir le pénétrer, est contraint d’ emprunter l’un des escaliers situés aux quatre coins puis de déambuler au premier étage. C’est alors qu’il peut, l’embrassant depuis les coursives, voir l’œuvre plastique visuellement une par sa blancheur bien que formellement plus complexe. En effet le dispositif plastique s’effectue entre un cœur et une enveloppe d’aspects forts différents. Au cœur, la machine, et tout autour un espace de protection, l’abat-son.
La machine : sous les trois arches centrales et situés côte à côte, trois modules indépendants(1) équipés de réflecteurs positionnés dos à dos(2), réfèrent à un dispositif acoustique dont la nouveauté étonne. Autour, l’abat-son, un immense résonateur, renvoie à d’autres formes plus connues : pavillon du gramophone, pavillon Phillips à Bruxelles, pavillon de l’oreille externe, antonnoir, arêne.Le visiteur se déplace. S’il est attentif à la matière sonore en perpétuelle gestation, il doit en percevoir les changements et entendre les sonorités que ce dispositif élabore avec le site.
D’où proviennent les sons ? D’un certain temps déjà écoulé, déjà mémorisé et remixé. C’est à dire qu’ils appartiennent au passé dans lequel ils ont été puisés puisque pendant deux ans et demis, et à l’aide d’instruments sophisitiqués, l’artiste a « pris le pouls » du bâtiment et enregistré ses battements : observation acoustique, observation électromagnétique. Ces sonorités dans lesquels les 27 000 m3 de la nef sont aujourd’hui immergés proviennent donc également du présent. Sur le plan technique, une « playlist » comprenant 250 fichiers audio non limités en durée de diffusion, aide l’œuvre à se constituer. Par Internet et depuis son atelier établi à Nice, Pascal Broccolichi(3), artiste contemporain qui tient à ce que son œuvre soit illimitée et évolutive, peut intervenir directement dans la nef du capcMusée sur l’ensemble de ses propres enregistrements, montages et arrangements sonores. Tout cela préfigure d’ici le mois d’octobre une œuvre assez changeante venue de jadis et d’ailleurs, in situ, et temps présent.

 

(1) Un évent équipé d’un Subxoofer ou caisson de basses fréquences
(2) Six réflecteurs et douze hauts-parleurs.

(3) Pour entendre l’artiste parler de son travail , consulter le site Intenet http://www.documentsdartistes.org.


Isabelle Thevenon
Professeur d’arts plastiques collège Edouard Vaillant
Missionnée DAAC, capcMusée d’art contemporain – Entrepôt 7, rue Ferrère F- 33000 Bordeaux
Téléphone : 05 56 00 81 50. Pour me joindre : les jeudis de 13h45 à 17h30 : Téléphone : 05 56 00 81 88