Accueil Contacts Expositions Actu du site Galerie TICC Architecture Formation Documentation Liens

Anna Malagrida


Née en 1970 à Barcelone, Espagne
Vit à Barcelone
La Dormeuse, 1999-2000


Cette installation permet non seulement une approche intimiste du sommeil, mais nous interroge aussi sur l’impact de certaines images sur nos consciences. Le visiteur qui souhaite découvrir l’œuvre vidéo de l’artiste doit tout d’abord s’avancer dans un espace sombre occupé par un lit et deux tables de nuit dont le sol est recouvert de moquette. Par la fenêtre apparaissent des images spectaculaires évoquant un feu d’artifice, mais extraites en réalité d’archives vidéo de la guerre du Golfe.
En contrepoint de cette violence audiovisuelle voyeuriste, cauchemardesque et néanmoins fascinante, Anna Malagrida nous offre l’image d’une dormeuse. Sereine en apparence cette femme symbolise à l’évidence notre déni vis-à-vis des plus grands drames de notre époque. Force est de constater que les chimères les plus traumatisantes autrefois tapies dans nos esprits endormis s’affichent aujourd’hui en grand format sur nos écrans télé, de manière toujours plus réalistes.

Stéphane Mallet


La Dormeuse

Présente sur les lieux pendant de l’installation de son œuvre, Anna Malagrida a raconté qu’ habituellement elle dort sur le ventre. C’est pourquoi « la Dormeuse », œuvre qui la représente est loin d’être un autoportrait ou une image « naturelle » de la vie courante. Il s’agit d’ une mise en scène de son propre sommeil : couchée sur le dos dans un grand lit recouvert d’un drap blanc, revêtue d’une chemise immaculée qui remonte pudiquement au-dessus de ses genoux à mesure qu’elle se tourne à gauche puis à droite, une femme semblant ignorer ce qui a lieu derrière sa fenêtre, dort.
Deux vidéo projecteurs sont à l’œuvre dans cette chambre reconstituée (un lit, deux tables de nuit avec lampes de chevet, moquette épaisse). Le premier accroché verticalement au plafond projette l’image de la dormeuse sur le lit. Le second hors de la chambre projette sur la fenêtre-écran une vidéo provenant de la guerre du golfe (un ciel verdâtre embrasé par des explosions éparses).
De taille légèrement supérieure à l’échelle humaine, occupant toute la longueur du lit, « La dormeuse » que le visiteur observe debout, et en plongée, évoque par ses déformations perspectivistes le « Christ » de Mantegna. Les pieds nus que l’on voit en premier plan, le drap blanc et les plis de la chemise de nuit, la couleur et l’ambiance générale en sont la cause. Pour obtenir l’image de cette dormeuse Anna Malagrida s’est elle-même filmée sur un fond noir. Projetée sur un drap blanc cette image à l’effet plastique aussi réel que spectral est tout à fait saisissant.

Isabelle Thevenon